Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Si vous voulez savoir ce qui se passe au Hât-Bôs, vous êtes à la bonne adresse.

Recherche

Articles Récents

Liens

27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 15:59
"le tandelin" ou hotte de vigneron

Un jour que j’étais invitée par Margit dans une vieille demeure lorraine qu’elle a restaurée à Vahl les Bénestroff, j’ai vu un objet intéressant. Il était adossé contre le mur du couloir. C’était une ancienne hotte de vendangeur.

Mon amie m’a raconté qu’un jour en passant à Montdidier, elle avait remarqué qu'un homme débarrassait sa maison de vieilleries. C’était la maison qui appartenait autrefois aux Legens et où vivent actuellement Christine Strobel et Francis.

Comme moi, Margit a flashé sur cette hotte en bois. Le jour de son déménagement, elle m’en a fait cadeau. Et la hotte est revenue au village !

Gilbert Modéré qui maîtrise encore le parler roman de Lorraine m’a confié qu’on appelait cette hotte « tandelin ». Dans son village natal, à Torcheville, où aujourd’hui encore on fait les vendanges il avait vu autrefois les vignerons porter sur leur dos ce genre d’engin qui pesait bien lourd !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Histoire de Montdidier
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 15:51
Un pressoir d'ici !

Voilà quelques années que le pressoir a été installé à proximité du guéoir à la croisée de trois rues (la rue des Vignes, la rue de la Côte et la rue principale) qui sont d’ailleurs les trois seules rues de Montdidier.

Madame Landragin, née Schmitt qui habitait « le château » pendant son enfance avait rejoint l'Association des Amis du Hât-Bôs en 2008. Et à l’occasion d’une fête de village où elle avait donné sa recette du pâté lorrain, elle a sympathisé avec l'équipe des organisateurs.

Elle avait proposé au président de l’époque d’offrir ce pressoir à l’association.

La commune avait réceptionné cet objet patrimonial et l'avait installé en face de la mairie, au-dessus du guéoir, sous les marronniers, où il trône toujours.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Histoire de Montdidier
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 22:15

Le promeneur qui traverse Montdidier s’étonnera de trouver un pressoir, un alignement de tonneaux le long de la rue principale en face de la mairie. Ces objets sont là pour rappeler le passé viticole et la genèse du village. La commune est née au XVIIe siècle. Son exposition privilégiée le destinait à la culture de la vigne, comme l’atteste cette carte de Bloucatte dessinée en 1745.

Extrait de la carte de Bloucatte

Extrait de la carte de Bloucatte

Sur le versant Sud-Est dominant on produisait un vin renommé qu’on pouvait transporter sans qu’il perde ses qualités.

Les habitants de la localité ne pouvaient pas vivre de cette production, raison pour laquelle ils exerçaient plusieurs professions dans l’année, comme en témoignent les registres d’Etat Civil.

En septembre, et les mois où les plantations exigent de l’attention, certains habitants sont vignerons, en hiver les voilà tisserands ou journaliers… La vigne fait vivre des tonneliers.

Le coup de grâce a été porté à cette activité début 1900 avec l’apparition du phylloxéra qui a décimé la quasi-totalité des pieds. Quelques personnes ont continué à produire du vin pour leur usage personnel jusque vers 1980. Désormais on ne trouve que de rares plants. Quelques irréductibles comme Francis Blaise ont encore quelques ceps derrière leur maison et font du jus de raisin.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Histoire de Montdidier
commenter cet article